Monastère de la Transfiguration

Peu après cette vision, trois jeunes frères d’une riche famille de Thessalie (ou de Macédoine), ayant entendu l’éloge des vertus de saint Simon, vinrent à lui, déposèrent à ses pieds tous leurs biens, tels trois nouveaux Rois Mages, et lui demandèrent de les recevoir comme disciples. On fit alors venir des bâtisseurs qui, voyant l’endroit si escarpé et si dangereux que leur indiquait le Saint, refusèrent de prendre de tels risques et l’accusèrent d’avoir perdu la raison. Un des frères qui leur servait à boire glissa et tomba à ce moment dans le précipice vertigineux. La mort était certaine et l’événement semblait confirmer les reproches des ouvriers; mais quelle ne fut pas leur stupéfaction quand ils virent que, grâce à la prière de saint Simon, le moine remontait bientôt sain et sauf sur l’autre versant en tenant à la main le pichet de vin et le verre plein qu’il s’apprêtait à leur servir. Convertis, les bâtisseurs devinrent moines et purent à maintes reprises constater pendant la construction que Dieu accordait à son serviteur un grand pouvoir.

La construction étant achevée, la Nouvelle Bethléem commençait à se peupler d’un bon nombre de moines quand débarquèrent un jour  des pirates sarrasins. Saint Simon vint à leur rencontre avec des présents, en espérant les dissuader de piller le monastère. Comme ceux-ci, insatisfaits, se précipitaient sauvagement sur lui, ils furent soudain aveuglés et l'un d’eux, qui brandissait son glaive contre le Saint, eut le bras paralysé. Guéris par la prière de l’homme de Dieu, ils se repentirent, reçurent le saint Baptême et devinrent tous moines. Après avoir ainsi montré pendant de longues années la faveur que Dieu lui accordait par de nombreux miracles, par des prophéties et surtout par son enseignement lumineux, saint Simon s’endormit dans la paix du Christ, en présence de ses disciples qu’il avait réunis pour leur recommander une dernière fois de garder les traditions reçues de lui avec crainte de Dieu, foi, charité mutuelle et obéissance totale à leur higoumène et père spirituel.

Par la suite, le tombeau du Saint laissa couler comme une source d’eaux vives un baume parfumé aux propriétés miraculeuses (d’où son nom : Myroblite); mais les destructions répétées du monastère ne nous ont laissé aucune trace de sa sépulture ni de ses reliques. Toutefois, le Saint ne cessa pas d’être invisiblement présent en montrant à maintes reprises sa protection aux obéissants, ses reproches et ses sévères corrections envers les impies et les négligents. Le jour de sa fête annuelle, certains purent voir quelquefois une lumière divine jaillir de la grotte ou recouvrir son icône comme un dais dans l’église.

Un siècle après sa dormition, la fille du despote de la principauté serbe de Macédoine (capitale: Serrès), Jean Uglesh, fut délivrée d’un  esprit malin qui la possédait grâce à l’intercession de saint Simon. En signe d’action de grâces, son père transforma le petit monastère de Saint-Simon en une riche fondation dotée de nombreuses propriétés.

Vie de Saint Simon le Myroblite